Histoire

 

Sur nous

Recherches historiques

 L’actuel château avec ses dépendances était au début un château fort. Au 12ème siècle s’y trouvait déjà un domicile résidentiel avec habitat, entouré d’une muraille, ce qui est prouvé par les recherches archéologiques, faites dans le cadre des grandes transformations en 2013. 

Après la prise pas la plus pacifique par les ducs de Zähringen, Berchtold V de Zähringen y construisait cet imposant donjon, très bien conservé jusqu’à aujourd’hui. Les Zähringen n’avaient pas l’intention d’y habiter, vu qu’à Berthoud ils possédaient une résidence. En construisant cet imposant donjon à Thoune, ils voulaient par-là marquer leur puissance sur la région et sur les voies commerciales. Le donjon n’était pas approprié pour y habiter. A une hauteur de 14 m se trouvait qu’une seule pièce imposante, nommée aujourd’hui salle des chevaliers, qui servait de salle de représentation qui est actuellement le mieux conservée du haut Moyen-Âge.

 

Dès le 12ème siècle, le château de Thoune et ses annexes servaient comme siège à l’autorité Thounoise, toujours adapté au besoin du moment. Pendant l’époque des successeurs, des comtes de Kyburg, aucune mesure de transformation n’est prouvée. De nombreux changements et transformations se faisaient pendant la longue époque du régime Bernois jusqu’en 2006. Plus tard il y avait aussi le tribunal régional. Il se trouvait depuis le 17ème siècle une prison sous la toiture du donjon. En 1886 le canton installait une nouvelle prison régionale addossé au mur de la Bourgeoisie. Le gardien de cette prison fonctionnait longtemps aussi comme gardien et vendeur de billets du musée, ouvert en 1888 dans le Donjon. 

Après 800 ans de propriété publique un changement de base se faisait en 2010 au Schlossberg. La ville de Thoune vendait les immeubles de l’ancienne aire de la bourgeoisie et donnait le droit de construire à l’exception de l’imposant donjon. En 2014 un centre d’instruction et de conférences ainsi qu’un Hôtel-Restaurant ouvraient leurs portes. Le musée recevait une nouvelle entrée et un local d’exposition supplémentaire.